Carnet de voyage : Orgeval-Macon


Salut à toutes et à tous,

Commençons par vous souhaiter une très belle année 2018, remplie de soleil, d’énergie et de nouveaux projets! Un grand merci à toutes celles et ceux qui nous encouragent et nous soutiennent dans la réalisation de ce projet, ça nous porte et nous fait chaud au cœur en ces temps de froid hivernal. 🙂


Suivi de notre parcours par une classe d’Orgeval.

Depuis les dernières nouvelles, nous avons profité d’une pause à Orgeval pour rendre visite à plusieurs classes et nous avons repris la route en direction de Chartres avec un équipement renouvelé pour faire face à l’hiver bien installé.



Animations dans les classes de l’école Pasteur d’Orgeval.

Le coucher du soleil qui arrive dès 17-18h donne une nouvelle dimension à nos rencontres. Le froid plus présent semble avoir absorbé avec lui une partie de la chaleur humaine ambiante, sans compter le nombre de gens nous prenant pour des fous qui ne va pas en diminuant. ^^ Et dès lors que le soleil se couche plus tôt que l’horaire moyen de sortie du travail, il opère une réduction et une sélection des personnes que nous sommes susceptibles de rencontrer! Des conséquences avec lesquelles il faut composer en planifiant plus à l’avance nos points d’arrêt pour la nuit, au risque de devoir dormir sous tente dans des conditions plus difficiles qu’en été… mais ça se fait. Avec un véhicule solaire c’est tout un tas de petits détails qui font la différence! On recharge moins vite nos batteries et on essaie de compenser en sollicitant plus nos muscles qui sont entraînés à présent.



Un bout de route sur la Loire à vélo en bonne compagnie 🙂

On profite au maximum des belles journées pour bien avancer d’un seul coup (80-110 km) car à l’inverse les journées de mauvais temps deviennent vraiment rédhibitoires pour la production d’énergie et on préfère s’arrêter plus souvent (20 km seulement sur notre plus petite journée). Ça change la donne et modifie notre rapport aux autres : les rencontres sont plus rares mais aussi plus insolites et plus profondes! Une pensée particulière à Marlène et Julien qui nous ont accueillis une bonne semaine en attendant que la météo s’améliore et chez qui nous avons découvert un petit havre de paix en construction, presque une autre dimension tant le temps semble s’y écouler à un autre rythme.




De gauche à droite : un four à tuile, un jardin de noël entièrement fait main, la maison de la Beauce et une déco colorée.

On essaye malgré tout de continuer à prendre le temps d’avancer parfois au hasard des routes et on y découvre de belles choses, des endroits dont on ne soupçonne pas toujours l’existence… On se rend compte de la quantité de choses à côtés desquelles on peut passer si on ne prend pas le temps de regarder autour de soi : un lieu associatif dédié à la culture et l’éducation, un jardin décoré par un passionné qui construit ses décors entièrement lui-même pour que chacun puisse le visiter gratuitement, etc. A la campagne bien plus qu’en ville, le rapport au temps dicte et organise le quotidien de chacun, dans des mesures très diverses bien sûr. Autoconstruction, apprentissage autonome pour les enfants, déconnexion des mails et réseaux sociaux, … autant de prises de position à la source desquelles se trouvent souvent une volonté de retrouver le contrôle sur son rythme de vie et de mieux l’adapter à sa convenance.



Arrêt resserrage du boîtier de pédalier arrière… à côté d’un lama 😀

Le bouche à oreille a encore amené son lot de surprises durant ces dernières semaines de périple, de la petite anecdote au changement de programme! C’est comme ça que nous avons croisé à Nevers un jeune garçon que nous ne connaissions absolument pas et qui nous a raconté que sa maîtresse leur avait montré une photo de notre vélo en classe. La maîtresse en question n’était autre que notre hôte du soir et même si nous n’avons pas pu passer dans sa classe, nous sommes en revanche allés dans l’école de son fils. 🙂



Séance photo et maquillage chez France 3 avant de tourner l’émission.

C’est comme ça aussi que nous avons été contactés par une émission régionale de France 3 Centre-Val de Loire à Orléans et que nous avons fait bifurquer notre trajet pour y passer. Notre première émission télé et une expérience assez différente de ce qu’on avait fait jusqu’à présent. Tout est chronométré, chaque rubrique a une durée précise allouée et à ne surtout pas dépasser! Surtout pour une émission en direct, sous peine de devoir couper d’autres rubriques. Autant dire que ç’a été plutôt frustrant de devoir répondre en si peu de temps et de ne pas pouvoir approfondir tout ce que l’on voulait pour pouvoir expliquer correctement les différents aspects de notre projet, mais c’est le jeu et c’est aussi un exercice nécessaire et intéressant dans le travail de concision qu’il demande.


Quelques réparations en attendant que la météo s’améliore : 2 soudures que l’on n’avait pas pris le temps de suffisamment renforcer ont fini par lâcher, ce qui fragilisait la structure du toit.



C’est ainsi que cette première phase exploratoire de 2500 km en France nous a finalement amené jusqu’à Mâcon fin Décembre, juste à temps pour les fêtes de fin d’année! Et après ces premiers mois, quel bilan tirer?

Un bilan globalement très positif : la satisfaction d’avoir rempli nos objectifs en terme d’autonomie énergétique et de fonctionnement du prototype, malgré toutes les contraintes. Être à énergie positive implique d’adapter notre rythme à notre capacité de production d’énergie et cela implique aussi des sacrifices par moments. Mais nous avons plutôt bien réussi à transformer ces contraintes en opportunités pour prendre le temps de faire des rencontres.



Animations dans les classes de l’école primaire de Paray-le-Monial

De la satisfaction également vis-à-vis des rencontres et des animations réalisées, qui ont déjà bien évolué depuis le départ. Pour autant la marge de progression reste conséquente et notre démarche est loin d’être évidente. Si notre moyen de transport remplit son rôle en attirant l’attention et les discussions, il reste parfois compliqué de pousser ces discussions aussi loin qu’on le voudrait. Les thématiques qui nous intéressent dans ce projet sont complexes et les enjeux qui se cachent derrière plus encore. S’adapter à la sensibilité de chacun vis-à-vis de ces thématiques, ainsi qu’à l’avancée de leurs réflexions sur ces sujets peut s’avérer compliqué s’il s’agit de terrains qu’ils n’ont pas envie d’explorer. Mais notre projet avec ses multiples axes offre toujours un sujet d’échange et de partage qui en appelle d’autres. 🙂

On continue à chercher les moyens d’impliquer un maximum de gens dans notre démarche, de toucher un public large et pas nécessairement convaincu et d’améliorer l’impact global de notre projet pour faire avancer les réflexions sur ces enjeux complexes qui nous impactent tous!


Et si vous voulez voir un petit récapitulatif en images et en vidéos du projet sur l’année 2017, vous pouvez regarder la rétrospective ci-dessous montée avec l’aide de notre partenaire Faltazi Prod qu’on remercie chaleureusement! Bon visionnage 🙂

Pour préserver notre implication dans nos interventions et le droit à l’image des élèves, nous avons peu de photos et vidéos des animations. On espère que cela vous donnera malgré tout un bon aperçu des activités réalisées dans le cadre de notre projet!

 

A bientôt!

 

L’équipe SolaR’hythm